L'évolution du travail des comptables

23 mars 2010

Extrait d’un entretien avec Thierry Polack, expert-comptable et commissaire aux comptes (Cabinet Amperex)

Filed under: TIC — equipe72 @ 22:53
Tags: ,

Cette entrevue démontre l’importance des TIC dans les organisations du point de vue d’un comptable. Il est donc possible de comprendre les enjeux auquels il doit faire face et par quel chemin il doit passer pour comprendre et utiliser ces technologies. Dans cet entrevue, Thierry Polack nous donne des informations concrètes par rapport à l’utilisation des TIC, ce qui nous aide grandement à comprendre leur pertinence en milieu comptable et à savoir à quoi ils servent exactement.

 –

Vous êtes également responsable de la commission « Outils et gestion du cabinet » de l’IFEC, un des principaux syndicats d’experts-comptables. Quels sont les objectifs de cette commission ?

Cette commission de l’IFEC a pour objectif de concevoir des outils pratiques destinés à aider les confrères dans l’organisation et le management de leur cabinet. Elle a été créée pour développer une réflexion autour d’une question centrale pour les cabinets comptables : « Quels outils créer ou mettre en œuvre pour améliorer  la gestion du cabinet ? ».

Cependant, l’outil doit rester à sa juste place dans l’organisation. Il ne doit servir qu’à participer, en s’intégrant dans le process d’organisation et en en constituant un passage obligé, à l’harmonisation des méthodes, aux gains de productivité, et enfin au maintien des procédures dans le temps.

Le travail de la commission, à défaut d’avoir les moyens de construire les outils en question, en développe le concept, qui peut ensuite être repris, soit directement par les cabinets, soit par des SSII qui décident de les intégrer dans leurs propres systèmes d’information.

Le point fort de la commission, qui lui permet de répondre parfaitement à son objectif de travailler pour l’ensemble de la profession, est qu’elle est constituée de plusieurs cabinets de taille variable et de régions différentes qui confrontent leurs visions et leurs pratiques, et qui en font la synthèse en prenant le meilleur de chacun.

Pouvez-vous donner des exemples concrets d’utilisation actuelle d’outils TIC pour les principales activités en cabinets comptables ?

  • Suivi du travail quotidien
De plus en plus de cabinets travaillent avec un bureau électronique (gestion des mels, partage de tâches, agenda partagé…).
Plus que l’outil, ce qui importe est de savoir comment il s’intègre dans le process de production. Par exemple, CEGID a intégré le bureau électronique à l’outil de production. La tendance actuelle est aux outils intégrés.
 
  • Outils dédiés à l’organisation des tâches quotidiennes en cabinet comptable
L’expert-comptable – commissaire aux comptes est sensible à la technologie dans la mesure où cela répond à ses besoins métier. En matière de Commissariat aux comptes, les outils permettent à la fois de structurer la mission sur le plan méthodologique et d’être le recueil des normes en permanence à jour.
 
  • Archivage des données

L’archivage électronique se développe aujourd’hui de plus en plus vite. Le marché est aussi entrain de se positionner, en demandant de plus en plus explicitement de mettre en œuvre une gestion documentaire indépendante de l’application métier.

  • Numérisation des données
Les cabinets sont en voie d’équipement pour la numérisation, grâce aussi bien à la diffusion de photocopieurs numériseurs qu’à l’apparition sur le marché de petits scanneurs individuels.
Depuis plusieurs années, les cabinets échangent avec leurs clients beaucoup plus de documents par mél que par fax (bulletins de paie par exemple).
Certains cabinets ont des portails sur lesquels les clients peuvent déposer automatiquement des documents et en contrepartie, ceux-ci ont accès à tous les documents qui représentent la mémoire de leur dossier.
 
  • Consultation en ligne de la comptabilité
Chez Amperex, nous diffusons largement un système de comptabilité permettant au client d’accéder à un système comptable hébergé et partagé avec le cabinet. Il peut saisir ses évènements comptables sans avoir forcément de notion de comptabilité grâce à des formulaires de saisie, et il n’a pas à se préoccuper de mise à jour, de sécurité, de sauvegarde, ou même de poste informatique puisqu’il peut avoir accès à son application depuis n’importe quel poste informatique connecté à Internet. Ce système se synchronise par ailleurs automatiquement avec le système intégré de production du cabinet, ce qui permet un gain de productivité très important.
Cette solution tend à se propager dans les cabinets comptables, et dans l’esprit de leurs clients !
 
Quels sont les usages pour les autres outils web 2.0 ?

Wikis, blogs sont peu ou pas utilisés dans les petits cabinets (pour quoi faire ?).

L’organisation de la veille juridique grâce à des lecteurs de flux RSS n’est pas encore dans les mœurs ; la documentation papier est encore largement utilisée ! Mais les moteurs de recherche gagnent de plus en plus de terrain…

Quelle est la place du logiciel libre ?

Les logiciels open source ne sont vraiment diffusés, mais la question se pose : la notion de valeur en effet évolue et les logiciels payants paraissent chers. La crainte des problèmes de compatibilités freine. Mais de plus en plus de jeunes confrères, moins inquiets sur le plan technologique, acceptent de prendre le risque.

Quels sont les enjeux actuels pour les petits cabinets comptables ?

Les enjeux sont très importants pour les petits cabinets qui passent beaucoup de temps à choisir et intégrer les outils TIC. Leurs choix doivent se porter sur les technologies simples (ou apparemment les plus simples).

Ces outils sont ceux qui ont le plus de valeur ; utilisables facilement, ils permettent de fluidifier les process. On parle d’ « ergonomie intuitive ».

Si la valeur de la prestation de l’expert comptable est surtout intellectuelle – car son rôle est de chercher, analyser, organiser, fiabiliser l’information et enfin la restituer à son client, en la rendant utile, compréhensible et pertinente – son travail et sa compétence ne s’expriment que s’il maîtrise l’information qui lui est confiée.

L’enjeu de la bonne conservation de l’information et de son process de traitement est donc stratégique.

On peut représenter les flux d’information traités par un cabinet comptable de la façon suivante :

oec3.gif 

Le cœur du métier comptable consiste à rendre les flux d’information fiables. C’est cependant sûrement dans l’intelligence économique que réside la plus grande valeur ajoutée pour les experts-comptables à l’heure actuelle.

Cette transformation repose sur une certaine organisation des données et des flux : il faudra également la maîtriser.

Pour lire le reste de l’entrevue, vous pouvez aller sur le site d’Educnet: http://www.educnet.education.fr/ecogest/si/cec/entretien-tp

Date de consultation du site: 23 mars 2010

Educnet, le 13/11/08

Par Marianne Villeneuve

Publicités

24 février 2010

Outils et usages TIC en cabinet d’expertise comptable

Filed under: TIC — equipe72 @ 02:58
Tags:

Outils et usages TIC en cabinet d’expertise comptable

Actuellement, les comptables doivent utiliser, appliquer et s’approprier les TIC (Technologies de l’information et de la communication) dans le cadre de leur travail. Face à une offre variée et sans cesse renouvelée, ils doivent choisir et anticiper l’outil avec lequel ils pourront travailler aujourd’hui mais aussi dans le futur. Les critères déterminants afin de choisir son outil sont la sécurité et la mobilité, vient ensuite la simplicité et l’ergonomie. Le comptable doit aussi tenir compte de l’interopérabilité (connaissance des interfaces des produits pour comprendre comment ils peuvent fonctionner ensemble) afin de gérer l’ensemble des données saisies chez ses différents clients. Pour être capable de s’approprier les TIC et de mettre à l’épreuve le potentiel et la pertinence de leurs outils, les comptables doivent accroître leurs compétences et leurs connaissances en informatique et développer leur capacité à gérer le changement. L’outil que le cabinet souhaite développer doit avoir les fonctionnalités suivantes : il doit intégrer des tableaux de bord pour les besoins de chaque client et doit contenir une présentation personnalisée des honoraires et des lettres de mission (imposées par le code de déontologie).

Les TIC proposent des outils efficaces pour les comptables qui doivent, pour se les approprier, approfondir leurs connaissances de la technologie.

Source : http://www.educnet.education.fr/ecogest/si/cec/artcec

Site consulté le 24 février 2010

Éducnet, le 13/07/08

Par Marianne Villeneuve

Propulsé par WordPress.com.